rss

Les États-Unis sanctionnent des cyberacteurs bénéficiant de l’appui du ministère du Renseignement iranien

العربية العربية, English English, Português Português, Español Español, Русский Русский, हिन्दी हिन्दी, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 17 septembre 2020

 

La république islamique d’Iran est l’une des principales menaces au monde pour la cybersécurité et les droits de l’homme en ligne. Les États-Unis sanctionnent aujourd’hui le groupe iranien de cybermenace Advanced Persistent Threat 39 (APT39), 45 personnes associées et une société écran, Rana Intelligence Company (Rana), en vertu des dispositions du décret présidentiel 13553. Ensemble, ces groupes et personnes ont ciblé au moins 15 pays au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi que des centaines de personnes physiques et morales dans 30 autres pays en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Nous continuerons à faire toute la lumière sur le comportement pernicieux de l’Iran et à imposer des sanctions au régime jusqu’à ce qu’il renonce à son programme de déstabilisation.

Le ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK) surveille les dissidents, les journalistes et les entreprises internationales pour le régime. Il recrute des groupes de cybermenace, des sociétés écrans et des pirates informatiques, et se sert de logiciels malveillants pour cibler des civils et des entreprises innocents, et promouvoir le programme malfaisant du régime dans le monde entier. Les cyberacteurs favorisent l’accomplissement des objectifs de sécurité nationale iranienne et les objectifs stratégiques du VEVAK au moyen d’attaques informatiques et de campagnes de logiciels malveillants contre ceux qu’ils perçoivent comme des adversaires, en particulier des gouvernements étrangers et d’autres personnes que le VEVAK considère comme une menace.

Par le biais de Rana et pour le compte du VEVAK, les acteurs qui font aujourd’hui l’objet d’une désignation se servent d’outils de cyberattaques malveillants pour cibler et surveiller les citoyens iraniens, en particulier les dissidents, les journalistes iraniens, les anciens employés du gouvernement, les militants écologistes, les réfugiés, les étudiants et professeurs d’université et les employés des organisations non gouvernementales internationales. Certaines de ces personnes ont été victimes d’arrestations et d’intimidation physique et psychologique par le VEVAK.

Des entreprises du secteur privé iranien et des centres nationaux et internationaux de langue et de culture persanes ont également été victimes des agissements du VEVAK.  La mesure prise aujourd’hui ne fait que confirmer le risque considérable que représente le régime iranien pour la cybersécurité internationale ainsi que pour le peuple iranien, qui est confronté à la constante menace de l’obscurité numérique et de la réduction au silence par la haute technologie. Les États-Unis ne faibliront pas dans leurs efforts pour dénoncer ces menaces et protéger notre patrie et nos amis et alliés.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous