rss

Le secrétaire d’État Michael R. Pompeo et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, le secrétaire à la Défense Mark Esper, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, la représentante des États-Unis auprès des Nations unies Kelly Craft, et le conseiller à la Sécurité nationale Robert O’Brien à l’occasion d’un point de presse sur le rétablissement des sanctions contre l’Iran

Português Português, English English, Español Español, العربية العربية, हिन्दी हिन्दी, Русский Русский, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 21 septembre 2020

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bonjour à tous. Je tiens tout d’abord à remercier les secrétaires Mnuchin et Esper et Ross, l’ambassadrice Craft, l’ambassadeur O’Brien pour leur leadership et pour leur présence au département d’État en cette occasion importante.

J’étais à la Maison-Blanche la semaine dernière pour les accords d’Abraham, un grand pas en avant vers la paix au Moyen-Orient. Et aujourd’hui, je suis fier d’annoncer que l’administration Trump prend encore plus de mesures pour promouvoir le même objectif et protéger le peuple américain.

Le week-end dernier, les États-Unis ont pris des mesures pour rétablir pratiquement toutes les sanctions de l’ONU contre la république islamique d’Iran, y compris l’embargo sur les armes, conformément à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies – l’administration Trump a toujours été honnête en ce qui concerne – la véritable nature du régime iranien : radical, révolutionnaire et le premier État commanditaire du terrorisme et de l’antisémitisme au monde.

Le président Trump a compris que le Plan d’action global commun était un échec abject. Il n’a pas conduit à l’entrée de l’Iran dans la « communauté des nations », ni fait obstacle au cheminement de Téhéran vers une arme nucléaire.

Il s’agissait au lieu de cela d’un exercice d’apaisement. Il a fait cadeau de milliards au régime et a donné à l’Iran la possibilité de devenir le marchand d’armes de choix des groupes terroristes et des dictateurs du monde entier en seulement cinq ans.

Imaginez ce que ferait l’Iran s’il était en mesure d’acheter librement des armes plus avancées. Nous n’avons aucune intention de permettre que cela se produise.

Le décret présidentiel annoncé aujourd’hui nous permet de disposer d’un nouvel outil puissant pour faire appliquer l’embargo sur les armes de l’ONU et exiger que ceux qui cherchent à se soustraire aux sanctions de l’ONU rendent compte de leurs actes.

Je vais prendre aujourd’hui la première mesure en vertu de ce nouveau décret présidentiel en sanctionnant le ministère iranien de la Défense et de la Logistique des forces armées, ainsi que l’Organisation des industries de la défense iranienne et son directeur.

Nous sanctionnons également l’ancien président du Venezuela, Nicolas Maduro. Depuis près de deux ans, des fonctionnaires corrompus de Téhéran travaillent avec le régime illégitime du Venezuela pour se jouer de l’embargo sur les armes de l’ONU. Nos mesures aujourd’hui sont un avertissement qui doit être entendu dans le monde entier : qui que vous soyez, si vous violez l’embargo sur les armes de l’ONU contre l’Iran, vous vous exposez à des sanctions.

J’annonce également des sanctions contre Hamid Reza Ghadirian et Ahmad Shiva’i en vertu de dispositions existantes des États-Unis à l’encontre des proliférateurs d’armes de destruction massive. Ces personnes sont au cœur des activités d’enrichissement d’uranium de l’Iran.

Lorsque nous avons lancé la campagne de pression maximale en 2018 sous la direction du président Trump, ses détracteurs nous ont opposé l’argument selon lequel cela ne fonctionnerait pas. Ils avaient tort.

Nos sanctions ont permis de sauver la vie d’innombrables musulmans, juifs et chrétiens en refusant à Téhéran l’accès à plus de 70 milliards de dollars qui, autrement, auraient pu être affectés à des activités terroristes.

Nous avons fait tout cela sans fermer la porte au commerce et à l’assistance humanitaires. Comme nous le démontrons aujourd’hui, nous maintiendrons notre pression jusqu’à ce que le régime iranien s’assoie à la table de négociations et accepte véritablement de changer de comportement. Les Américains doivent savoir que leur sécurité reste toujours notre priorité.
Je vais maintenant céder la parole au secrétaire Mnuchin. Steven.

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE MNUCHIN : Merci, Monsieur le secrétaire Pompeo. C’est un plaisir d’être ici avec vous au département d’État.

L’administration ne permettra pas à l’Iran de compromettre la sécurité du reste du monde avec un nouveau lot de missiles balistiques et d’armes conventionnelles.

Aujourd’hui, le département du Trésor désigne des entités qui soutiennent les programmes de missiles nucléaires et balistiques de l’Iran, et des hauts fonctionnaires chargés de superviser le développement des missiles balistiques nucléaires iraniens. Un certain nombre de nos cibles d’aujourd’hui sont affiliées à l’Organisation de l’énergie atomique de l’Iran, qui exerce un contrôle opérationnel et réglementaire sur le programme nucléaire et assume la responsabilité de la recherche et du développement nucléaires de l’Iran. Trois des directeurs adjoints ont été sanctionnés aujourd’hui, ainsi que trois entités subordonnées à l’AEOI qui sont des composantes actives du programme nucléaire civil iranien.

Le Trésor a également désigné plusieurs producteurs et fournisseurs clés de produits à double usage de qualité militaire aux programmes de missiles balistiques de l’Iran. Mammut Industries et Mammut Diesel ainsi que plusieurs actionnaires et hauts fonctionnaires de ces sociétés font partie des personnes faisant l’objet d’une désignation aujourd’hui.

Je tiens également à souligner les désignations d’un élément particulier de Shahid Hemmat Industrial Group, le principal développeur iranien de missiles à propulsion liquide. En particulier, le centre de recherche Shahid Haj Ali Movahed est chargé de l’intégration, de l’assemblage final, des tests des missiles balistiques à propergol liquide et des lanceurs spatiaux.

Par ailleurs, toute institution financière qui facilite sciemment une transaction importante pour ces personnes physiques ou morales est passible de sanctions américaines.

Cette administration utilisera tous les outils dont nous disposons pour mettre fin aux activités de développement d’armes nucléaires, de missiles balistiques et d’armes conventionnelles de l’Iran, dont il se sert directement pour menacer et terroriser le reste du monde.

Et Monsieur le secrétaire Pompeo, je vais m’excuser de devoir partir, mais merci de m’avoir permis de participer à cette conférence.

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Merci, Steven.

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE ESPER : Bonjour à tous et merci. La semaine dernière, le président a fait un pas historique vers un Moyen-Orient pacifique et prospère avec la signature des Accords d’Abraham. Aujourd’hui, les États-Unis prennent une autre mesure importante pour à la fois protéger le peuple américain et dissuader toute agression iranienne contre nos troupes, nos intérêts et nos alliés et partenaires.

Au cours des deux dernières années, Téhéran a mené des attaques contre des activités maritimes internationales, des infrastructures régionales et les forces américaines et des pays partenaires. Il s’agissait en particulier de frappes de missiles par des milices commanditées par l’Iran contre des bases et des troupes américaines en Iraq.

L’Iran a par ailleurs violé les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU pendant des années en fournissant des armes conventionnelles avancées à des acteurs non étatiques tels que le Hezbollah et les Houthis, qui les utilisent pour menacer des centres de population civile. Le département de la Défense a donc pris des mesures décisives pour protéger nos courageux hommes et femmes en uniforme, rétablir la dissuasion et sauvegarder les règles et normes internationales en matière de liberté du commerce et de la navigation. Nous sommes prêts à répondre à toute future agression iranienne et nous restons déterminés à faire ce que nous avons à faire dans le cadre de la campagne de pression maximale de l’administration.

Le décret présidentiel d’aujourd’hui perturbera encore davantage les efforts iraniens pour importer et faire proliférer des armes conventionnelles. Il contribuera à la protection des forces américaines, de nos alliés et partenaires, et des populations civiles jusqu’à ce que l’Iran respecte les normes internationales. Nous encourageons Téhéran à mettre fin à ses activités malveillantes dans toute la région et à se comporter comme un pays normal. Mais nous sommes également prêts à répondre à une agression iranienne. Nos commandants disposent des pouvoirs et des ressources dont ils ont besoin pour protéger leurs troupes et se préparer à toute éventualité, et nous restons solidaires de nos alliés et partenaires face au comportement déstabilisateur de l’Iran. Nous protégerons ainsi notre peuple et nos intérêts, et veillerons à la sécurité des nations attachées aux mêmes principes dans toute la région.

Merci.

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE ROSS : Bonjour. Je remercie le président pour son engagement à mettre fin aux activités de l’Iran en matière de missiles balistiques nucléaires et d’armes conventionnelles qui menacent et terrorisent le reste du monde. Aujourd’hui, le département américain du Commerce ajoute cinq scientifiques iraniens à la liste des entités en raison de leur facilitation du programme de développement nucléaire de l’Iran, ou de leur contribution à celui-ci. Il s’agit d’Ahmad Nozad Gholik, de Behnam Pouremadi, Hamid Sepehrian, Mojtaba Farhadi Ganjeh, et Sayyed Javad Ahmadi. Pouremadi (inaudible) et Ganjeh sont associés au laboratoire iranien JHL, et à l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran impliquée dans des activités nucléaires et désignée par le Conseil de sécurité des États-Unis – par le Conseil de sécurité des Nations unies dans la résolution 1803 sur le programme nucléaire iranien. 

Pouremadi a travaillé à l’obtention d’équipements et de matériaux sensibles pour l’AEOI en ayant recours à des pratiques trompeuses et de dissimulation. Ganjeh a travaillé avec des agents d’approvisionnement iraniens à l’étranger pour acquérir des articles sensibles liés au nucléaire, y compris des produits occidentaux. Il s’est également rendu à l’étranger pour suivre une formation et obtenir des informations en réponse à des besoins techniques de l’AEOI. Gholik est associé à une branche d’AEOI chargée de divers projets dans le domaine nucléaire. Il a travaillé avec des agents iraniens à l’étranger pour se procurer des articles sensibles, en particulier des articles qui peuvent être utilisés dans le cadre du retraitement du combustible nucléaire. Ahmadi est un employé de l’AEOI qui a voyagé à l’étranger pour des réunions liées au nucléaire.

En tant qu’entités inscrites sur la liste, ces personnes sont soumises à des exigences de licence supplémentaires pour les exportations, les réexportations et les transferts dans le pays conformément à notre réglementation sur l’administration des exportations. Ces cinq personnes ont joué un rôle essentiel dans le programme de développement d’armes nucléaires de l’Iran et continuent à travailler pour le régime iranien. L’Iran doit respecter ses obligations en matière de garanties nucléaires et coopérer immédiatement avec la communauté internationale. Le département du Commerce est aux côtés du président Trump dans son engagement à faire en sorte que l’Iran ne puisse jamais acquérir une arme nucléaire.

Sous la direction du président Trump, je suis fier de me joindre aux secrétaires Pompeo et Mnuchin et au conseiller à la sécurité nationale O’Brien, ainsi qu’à l’ambassadrice Craft pour responsabiliser l’Iran et faire obstacle à ses progrès sur la voie de l’obtention d’une arme nucléaire. Merci.

MADAME L’AMBASSADRICE CRAFT : Bonjour. Les actions que nous annonçons aujourd’hui et nos travaux au Conseil de sécurité au cours des trois derniers mois ont été guidés par un seul objectif : la recherche de la paix. Ce qui fait le caractère unique de l’Amérique, c’est que nous défendons ce qui est juste. Comme nous l’avons fait dans le passé, nous ne cesserons jamais de protéger seuls la paix et la sécurité. Nous n’avons pas besoin d’encouragements et d’applaudissements pour valider notre boussole morale. Nous ne comptons pas sur le nombre pour faire notre force, en particulier lorsque la majorité s’est trouvée dans la position inconfortable de faciliter le terrorisme, le chaos et les conflits. Nous refusons de faire partie de ce club.

Les États-Unis sont une force au service du bien dans le monde. Nous avons dirigé la création du système multilatéral que nous connaissons aujourd’hui et nous restons son principal bailleur de fonds. Mais comme je l’ai dit à maintes reprises, lorsque cela ne fonctionne pas, nous ne nous associerons pas à cet échec. Les faux espoirs des membres du Conseil de sécurité selon lesquels le Plan d’action global commun pourrait contenir les ambitions nucléaires de l’Iran n’exonèrent pas ses membres de leurs obligations de réimposer des sanctions conformément au processus décrit dans la résolution 2231. Nous entendons maintenant que tous les États membres de l’ONU respectent leurs obligations légales et réimposent des sanctions à l’Iran.

Comme nous l’avons montré aujourd’hui, les États-Unis feront tout ce qui est nécessaire pour faire en sorte que la république islamique d’Iran, premier État commanditaire du terrorisme dans le monde, ne puisse pas infliger encore plus de tort au monde avec des armes plus meurtrières. Nous le faisons pour la paix. Nous le faisons pour la sécurité du peuple américain, des peuples du Moyen-Orient, des peuples européens et des peuples du monde entier. Merci.

M. O’BRIEN : Bonjour. Merci, Messieurs les secrétaires Pompeo, Esper, Ross, Madame l’ambassadrice Craft. Aujourd’hui, le président prend des mesures décisives pour restreindre l’accès de l’Iran à la technologie nucléaire, à la technologie des missiles balistiques et aux armes classiques. Le Conseil de sécurité de l’ONU a malheureusement échoué dans sa mission de promotion de la paix et de la sécurité internationales en ne prolongeant pas l’embargo sur les armes conventionnelles contre l’Iran. Contrairement à l’ONU, les États-Unis ne permettront pas à l’Iran de compromettre davantage la sécurité au Moyen-Orient ou dans le monde en important et en exportant des missiles balistiques et d’autres systèmes d’armes conventionnelles avancés. Il cherchera certainement à devenir un important négociant d’armes lorsque l’embargo de l’ONU viendra à échéance.

En conséquence, le président a signé il y a quelques instants ce matin dans le bureau ovale un décret qui entraînera de sévères sanctions économiques pour les nations, les entreprises et les personnes qui contribuent à la fourniture, à la vente ou au transfert d’armes conventionnelles à la république islamique d’Iran. Ce décret du président Trump empêchera l’Iran d’exporter des armes conventionnelles vers des régimes voyous. L’ordonnance interdira également l’exportation d’armes par les pays producteurs vers l’Iran, lorsque l’Iran les fournirait à son tour à des terroristes et à des régimes voyous. En termes simples, les États-Unis ne peuvent rester les bras croisés pendant que l’Iran déstabilise sa région et d’autres par l’achat et la vente d’armes classiques avancées. L’administration Trump impose également de nouvelles sanctions et mesures de contrôle des exportations à 27 personnes physiques et morales liées au programme d’armes nucléaires de l’Iran.

Enfin, les États-Unis ont rétabli les sanctions de l’ONU précédemment suspendues contre l’Iran. Lorsque les États-Unis ont signé l’accord sur le nucléaire iranien qui a échoué, l’administration Obama a dit au peuple américain que les États-Unis auraient toujours le droit de rétablir les sanctions de l’ONU contre l’Iran, même sans l’approbation des autres nations. Cette disposition était essentielle pour obtenir l’approbation du Plan d’action global commun par les États-Unis. Le président Trump exerce maintenant nos droits pour protéger l’Amérique et nos alliés. Le régime iranien a menti à plusieurs reprises au sujet de son programme d’armes nucléaires, de ses archives, et en a refusé l’accès aux inspecteurs internationaux. Les actions d’aujourd’hui envoient un message clair au régime iranien selon lequel cette conduite ne sera pas tolérée. Les États-Unis envoient également un message sans équivoque à la communauté internationale, à ceux qui apaisent et habilitent l’Iran, selon lequel ils doivent enfin tourner le dos aux activités malveillantes de l’Iran.

Plutôt que de gaspiller des ressources à la recherche d’une bombe nucléaire ou d’une hégémonie régionale, le régime iranien devrait donner au peuple iranien ce qu’il veut et ce qu’il mérite : un Iran florissant et prospère. Après des décennies de division et de conflits, une nouvelle aube s’est levée au Moyen-Orient. Les Accords d’Abraham signés à la Maison-Blanche la semaine dernière représentent le plus – un pas important vers la paix au Moyen-Orient depuis plus de 25 ans. L’Iran devrait profiter de ce moment de l’histoire. Il devrait renoncer à la terreur, à l’hégémonie et au développement d’armes nucléaires et abandonner les vieux griefs. L’Iran devrait rejoindre ses voisins qui accueillent à bras ouverts un avenir meilleur reposant sur le progrès, des intérêts communs et des objectifs communs. Le président a clairement indiqué que si l’Iran était disposé à choisir la voie de la paix, l’Amérique serait à ses côtés. Merci.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous