rss

Allocution du secrétaire d’État Michael R. Pompeo lors d’un point presse

Português Português, English English, Español Español, العربية العربية, Русский Русский, हिन्दी हिन्दी, اردو اردو

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 14 octobre 2020

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bonjour à tous. Bienvenue. Je voudrais aujourd’hui aborder un thème qui mérite beaucoup plus d’attention, à savoir que l’Amérique œuvre au service du bien dans le monde.

La semaine dernière, le prix Nobel de la paix 2020 a été décerné au Programme alimentaire mondial pour son travail dans le cadre de la lutte contre la faim et de l’amélioration des conditions de paix dans le monde.

Le PAM est dirigé par David Beasley, un Américain, ancien gouverneur de la Caroline du Sud, auquel revient, avec son équipe, tout le mérite des accomplissements de l’organisation ces quelques dernières années. Le PAM dépend entièrement de contributions volontaires. David a fait passer son budget d’environ 6 milliards de dollars en 2017 à plus de 8 milliards de dollars en 2019.

Ces fonds ont permis de sauver des vies. C’est pour cela que le prix Nobel de la paix a été décerné au PAM qui contribue maintenant à nourrir plus de 100 millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui souffrent de la faim dans 80 pays.

Et les États-Unis – les États-Unis ont financé 43 pour cent du budget du PAM, de loin la plus grande contribution de tous les pays du monde et plus de 700, 700, plus de 700 fois celle de la Chine, et plus de deux fois et demie celle du deuxième contributeur, l’Allemagne.

Cette aide a été d’autant plus critique que la pandémie provoquée par la Chine a perturbé les chaînes d’approvisionnement et les approvisionnements alimentaires dans le monde entier. Le leadership humanitaire américain est bien vivant et en opposition marquée avec ce que la Chine a fait aux personnes qui ont faim dans le monde entier.

L’équipe du département d’État travaille également d’arrache-pied pour résoudre les conflits en Europe :

Dans le cadre de leur mandat à la coprésidence du Groupe de Minsk de l’OSCE, les États-Unis restent déterminés à aider l’Azerbaïdjan et l’Arménie à parvenir à un règlement pacifique et durable du conflit qui les oppose.

Nous appelons les deux pays à respecter leurs engagements de cessez-le-feu et à cesser de cibler les zones civiles.

Au Bélarus, nous soutenons résolument la population qui continue d’exiger que les dirigeants du pays rendent des comptes pour la suppression de la démocratie, comme nous l’avons fait lorsque nous avons imposé des sanctions aux responsables, en collaboration avec nos alliés démocratiques en Europe et au Canada.

Nous réitérons également notre appel à une libération immédiate du citoyen américain Vitali Shkliarov.  

Enfin, nous demandons à nouveau à la Russie de coopérer pleinement à l’enquête de la communauté internationale sur l’attaque contre Alex Navalny, perpétrée au moyen d’un agent neurotoxique chimique.

J’ai également le grand plaisir d’annoncer aujourd’hui que le secrétaire adjoint Robert Destro – ici présent, heureux de vous voir – que le secrétaire adjoint Robert Destro chargé du bureau de la Démocratie, des Droits de l’homme et du Travail occupera également simultanément les fonctions de coordinateur spécial des États-Unis pour les questions tibétaines.

Son action se concentrera principalement sur l’avancement du dialogue entre le gouvernement communiste de Beijing et le Dalaï Lama ; la protection de l’identité religieuse, culturelle et linguistique distincte des Tibétains ; la promotion du respect de leurs droits humains, entre bien d’autres choses.

Bien sûr, hier, la Chine, la Russie et Cuba, ont obtenu des sièges au Conseil des droits de l’homme – une victoire pour les tyrans, une honte pour les Nations unies. C’est un exemple, la preuve que nous avons eu raison de quitter cet organe. Lorsque les institutions sont irrécupérables, comme cela a été démontré hier, les États-Unis, sous la houlette du président Trump, n’en feront tout simplement pas partie.

La semaine dernière, la secrétaire DeVos et moi-même avons envoyé des lettres aux administrateurs d’établissements universitaires et scolaires de tous les États-Unis pour les mettre en garde contre l’utilisation par le PCC des instituts Confucius et des classes Confucius pour diffuser de la propagande et étouffer la liberté académique.

Par ailleurs, hier, nous avons annoncé publiquement notre politique demandant aux groupes de réflexion qui acceptent des fonds de gouvernements étrangers – en particulier de la Chine – de divulguer publiquement ces informations. Nous pensons que c’est important et voulons que les Américains sachent qui influence nos groupes de réflexion pour être mieux à même d’évaluer les travaux qu’ils publient.

Et bien sûr, je viens de rentrer de cette région. J’ai eu une série de discussions fructueuses avec mes homologues d’Australie, d’Inde et du Japon lors des réunions quadrilatérales à Tokyo la semaine dernière.

Nous avons en particulier parlé du renforcement de nos liens avec les pays insulaires du Pacifique, et les États-Unis ont annoncé un nouveau financement de plus de 200 millions de dollars pour le Pacifique en 2020 dans le cadre de l’engagement pour le Pacifique.

Les responsables du département d’État ont également récemment participé à une série de discussions virtuelles avec des chefs de mission de 12 nations insulaires du Pacifique sur la riposte à la COVID-19, la coopération économique et le développement, et la promotion de valeurs communes dans la région et dans la zone indopacifique de manière plus générale.

Et je tiens également à rappeler aux dirigeants des entreprises et des gouvernements que le troisième Forum commercial indopacifique aura lieu à la fin de ce mois, les 28 et 29 octobre prochains. J’ai lancé le tout premier Forum commercial indopacifique en 2018 et j’ai hâte de participer à nouveau à cet événement cette année.

Nous œuvrons également pour le bien dans d’autres régions du monde.

Le sous-secrétaire Keith Krach vient de rentrer d’une tournée européenne dans huit pays. Vous voyez, il est clair que les choses ont changé s’agissant de la 5G. Je me souviens du scepticisme de certains d’entre vous – vous devez tous revenir en arrière et regarder ce que vous avez écrit. (Rires.) Plus de 25 pays de l’UE et de l’OTAN sont membres de notre Clean Network, et s’engagent à n’utiliser que des fournisseurs de confiance, et d’autres suivront.

Nous avons publié une déclaration conjointe avec l’UE sur les synergies entre le Clean Network et la boîte à outils propre 5G de l’UE. Étant donné que l’adoption de la boîte à outils répond aux critères de l’adhésion au Clean Network, les deux fonctionnent bien ensemble.

Il est également important de noter que les conseils d’administration des opérateurs de télécommunications de l’UE peuvent être personnellement responsables des violations de la vie privée, de la protection des données et de la propriété intellectuelle perpétrées par un fournisseur 5G « à haut risque ».

La secrétaire générale adjointe de l’OTAN a également souligné l’importance de disposer d’un réseau 5G propre de l’OTAN. Je m’en réjouis. Nous ferons également de réels progrès dans ce domaine.

Les États-Unis invitent toutes les nations éprises de liberté du monde entier à rejoindre désormais plus de 40 pays et 50 entreprises de télécommunications propres dans le monde au sein de notre réseau propre Clean Network.

En ce qui concerne le Moyen-Orient :

L’administration Trump œuvre pour la sécurité et la prospérité de nos partenaires du Golfe plus qu’aucune autre administration de l’histoire.

Aujourd’hui, j’ai eu le privilège d’accueillir le premier dialogue stratégique américano-saoudien, après le dialogue avec le Qatar le 14 septembre dernier. J’ai hâte de rencontrer de même nos partenaires émiratis le 20 octobre.

Sur le Liban : les États-Unis se félicitent du lancement aujourd’hui de négociations entre les gouvernements israélien et libanais pour parvenir à un accord sur une frontière maritime. Cette réunion historique a été organisée par les États-Unis avec l’aide du Coordonnateur spécial des Nations unies pour le Liban, Jan Kubis.

À la demande des deux pays, j’ai dépêché le secrétaire adjoint Schenker et l’ambassadeur Desrocher pour servir de médiateurs et faciliter la séance d’ouverture des pourparlers – dont nous nous engageons à contribuer à la réussite.

Et en ce qui concerne la lutte continue contre Daech, le transfert des « Beatles » aux États-Unis pour y être traduits en justice pour leurs rôles présumés dans la torture et l’exécution d’otages est une grande victoire pour les États-Unis d’Amérique. Leurs crimes sont emblématiques de ceux que Daech a impitoyablement perpétrés contre les habitants de la région et les Américains.

Nous nous engageons à faire en sorte qu’il soit fait justice aux familles de James Foley, Peter Kassig, Kayla Mueller et Steven Sotloff.

Le département de la Justice a également annoncé que les États-Unis ont maintenant rapatrié des Américains détenus par les Forces démocratiques syriennes qui font l’objet de poursuites pénales pour leur soutien à Daech. Nous avons maintenant rapatrié 10 adultes qui ont été inculpés, ainsi que 15 enfants qui ont maintenant une chance d’avoir une vie meilleure.

Et je tiens à remercier les FDS pour ce travail. Nous appelons les nations, en particulier en Europe occidentale, à assumer la responsabilité de leurs propres citoyens qui se trouvent là-bas.

Un peu plus près de chez nous :

L’administration Trump a renforcé notre région en tant que continent de la liberté. L’OEA, sous la direction du secrétaire général Luis Almagro, est un ardent défenseur des droits de l’homme et de la démocratie. Et j’aurai le plaisir de diriger la délégation des États-Unis à l’Assemblée générale virtuelle de l’OEA les 20 et 21 de ce mois. Le moment est venu pour notre continent de faire face aux régimes qui répriment leur peuple et défient le principe de la Charte démocratique interaméricaine – des pays comme Cuba, le Nicaragua et le Venezuela.

J’ai hâte d’adopter une résolution visant à protéger le droit à la liberté de conscience, de religion ou de conviction, sur la base de la toute première résolution sur la liberté religieuse l’année dernière.

Deux autres questions sur la démocratie dans la région :

Le 18 octobre, les Boliviens se rendront aux urnes. Les États-Unis demandent à tous les acteurs politiques de veiller à ce que ce processus soit crédible et pacifique. Et nous sommes impatients de travailler avec la personne que le peuple bolivien choisira librement et équitablement comme président, quelle qu’elle soit, pour promouvoir la démocratie, les droits de l’homme et la prospérité pour la Bolivie et pour la région au sens large.

Et je répéterai ce que j’ai déjà dit : les élections législatives en Haïti auraient maintenant dû avoir lieu. Nous continuons d’appeler à des élections dès que cela sera techniquement possible. Nous croyons comprendre que le secrétariat de l’OEA a demandé que ces élections aient lieu d’ici la fin janvier.

Enfin, quelques bonnes nouvelles d’Afrique :

Nous saluons les efforts du président de la RDC, Félix Tshisekedi, qui ont permis la tenue d’un « Sommet du Congo oriental » virtuel le 7 octobre avec les chefs d’État négociateurs de l’Angola, du Rwanda et de l’Ouganda. Cette réunion démontre qu’un engagement de haut niveau en faveur d’une paix durable, de la stabilité et des opportunités économiques est possible pour cette région de l’est de la RDC historiquement agitée.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous