rss

Allocution du secrétaire d’État Michael R. Pompeo lors d’un point presse

English English, العربية العربية, Русский Русский, Español Español, Português Português

Département d’État des États-Unis
Michael R. Pompeo, secrétaire d’État
Le 10 novembre 2020

 

MONSIEUR LE SECRÉTAIRE POMPEO : Bonjour à tous. Bienvenue.

Tout d’abord, quelques remarques en ce qui concerne les déplacements : j’ai fait un voyage très productif en Asie du Sud-Est il y a environ une semaine. Et puis je repartirai vendredi, cette fois en France, en Turquie, en Géorgie, en Israël, au Qatar, aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite.

Les conversations seront évidemment différentes dans chaque pays – beaucoup de choses différentes à couvrir. Mais je suis sûr que beaucoup d’entre elles seront centrées autour du travail historique de cette administration pour faire en sorte que la paix et la coopération prévalent dans tout le Moyen-Orient.

Cela m’amène à mon « thème principal » du jour :

L’administration Trump a rassemblé avec beaucoup de succès des coalitions de nations partageant les mêmes idées pour le bien de l’Amérique et du monde entier.

J’en veux pour exemple le fait qu’il y a à peine trois semaines, nous avons poursuivi nos actions sans précédent en faveur des enfants à naître en signant la Déclaration de consensus de Genève aux côtés de 32 autres nations.

Je suis particulièrement fier que nous ayons fait de la liberté de culte une priorité de la politique étrangère des États-Unis pour la première fois de son histoire. Notre mouvement prend de l’ampleur. Nous construisons.

Ces idées font leur chemin d’elles-mêmes. Les 16 et 17 novembre, la Pologne accueillera la troisième conférence ministérielle pour la promotion de la liberté ou de la croyance religieuse.

Cet événement virtuel s’appuie sur les travaux des réunions ministérielles de 2018 et 2019, qui ont eu lieu ici à Washington au département d’État. Ce sont les plus grands événements dans le domaine des droits de l’homme jamais organisés ici au département d’État.

L’Albanie, le Maroc, Taïwan, les Émirats arabes unis et la Colombie ont également organisé des événements dans leur sillage.

Et l’Alliance internationale pour la liberté de croyance que j’ai lancée en février de cette année compte maintenant 31 États membres et ne cesse de se développer. La semaine prochaine, j’aurai l’occasion très spéciale de participer à une réunion virtuelle des ministres de l’alliance pour consolider nos plans d’action futurs dans l’espace de la liberté religieuse. 

Nous formons également des coalitions qui partagent nos valeurs dans le domaine économique.

Ces dernières semaines, le sous-secrétaire Keith Krach s’est rendu dans plus d’une douzaine de pays pour rassembler des nations et des entreprises éprises de liberté au sein du Clean Network – un groupe qui s’engage à n’utiliser que des fournisseurs de confiance dans ses réseaux 5G.

J’ai le plaisir d’annoncer que nous avons maintenant près de 50 « pays propres » aujourd’hui, ce qui représente près de 23 – près des deux tiers du PIB mondial, 170 compagnies téléphoniques, opérateurs de télécommunications, ont accepté d’être propres et nombre des plus grandes entreprises du monde adhèrent à ce mouvement.

On y trouve 27 des 30 alliés de l’OTAN, 31 des 37 membres de l’OCDE, 26 des 27 membres de l’UE et 11 des 12 des pays des Trois Mers.

Le sous-secrétaire Keith Krach est maintenant en Amérique du Sud. Il y parle du Clean Network avec des représentants du gouvernement et des dirigeants du secteur privé au Brésil. Et en fait, je viens d’apprendre que le gouvernement brésilien adhère aux principes du Clean Network, et je suis convaincu que nous signerons un protocole d’entente dans un avenir très proche. Je tiens à en remercier le Brésil et ses dirigeants.

Nous travaillons également avec nos partenaires brésiliens pour protéger l’environnement dans le cadre du Dialogue sur le cadre environnemental américano-brésilien qui s’est tenu aujourd’hui. Les États-Unis et le Brésil entendent obtenir des résultats concrets en matière de protection de l’environnement et de croissance de nos économies. Les discours creux ne les intéressent pas.

Le sous-secrétaire Krach a également dirigé le tout premier échange trilatéral Japon-États-Unis-Brésil, qui améliorera la capacité des démocraties à prospérer ensemble en tant qu’États souverains et indépendants.

Quelques mots sur l’Asie : j’ai le plaisir d’annoncer que le 20 de ce mois, le sous-secrétaire Krach dirigera notre Dialogue de partenariat pour la prospérité économique avec Taïwan sous les auspices de l’American Institute in Taiwan et du bureau de la représentation économique et culturelle de Taipei ici aux États-Unis.

Le dialogue signifie que nos relations économiques avec Taïwan – une démocratie dynamique et un partenaire fiable – sont solides et en développement. Cela contribuera à accroître la coopération dans tous les domaines, des chaînes d’approvisionnement sûres et sécurisées à la sécurité de la 5G, en passant par la sécurité sanitaire, pour n’en citer que quelques-uns.

Passons à un autre bureau du département d’État qui établit des coalitions autour de principes communs :

La semaine dernière, le bureau chargé des Ressources énergétiques, sous la direction du sous-secrétaire Fannon, a convoqué une réunion virtuelle de l’Initiative pour la gouvernance des ressources énergétiques. Vingt pays ont participé à ses travaux en faveur de chaînes d’approvisionnement et de minéraux énergétiques vitaux sécurisées, résilientes, diversifiées et bien gérées.

Et nous sommes fiers de participer à la 35ème réunion annuelle du Groupe de développement économique avec Israël cette semaine.

L’administration Trump a également exercé un leadership sans précédent au sein des institutions multilatérales.

Tout comme nous avons contribué à protéger les droits de propriété intellectuelle en veillant à ce que l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle soit dirigée par une personne qui respecte les droits de propriété, la semaine dernière, les États-Unis ont contribué à faire en sorte que l’ONU gère ses finances de manière responsable.

Je suis heureux d’annoncer qu’une Américaine qui justifie de 40 ans d’expérience administrative et budgétaire prendra ses fonctions au sein du système des Nations unies, après avoir remporté un siège au Comité consultatif pour les questions administratives et budgétaires. Cela n’a l’air de rien, mais c’est très important.

Cet organe consultatif détermine le budget ordinaire de l’ONU et son budget de maintien de la paix. Il s’agit de près de 10 milliards de dollars par an, dont plus de 2 milliards provenant des seuls États-Unis.

Nos diplomates ont expliqué à nos alliés et partenaires pourquoi il est essentiel d’avoir une voix américaine au sein de ce comité pour la première fois depuis bien trop longtemps pour garantir une utilisation responsable des fonds.

Je tiens à féliciter Donna-Marie.

Les États-Unis sont également à la tête des actions de lutte contre le terrorisme.

Aujourd’hui, les États-Unis et le Nigeria organisent conjointement une réunion virtuelle avec les membres de la Coalition mondiale, axée sur la lutte contre la menace de Daech et de ses branches mondiales, en particulier en Afrique de l’Ouest, et l’assistance aux efforts internationaux en cours dans toute la région.

Et au Moyen-Orient, ne serait-ce que la semaine dernière, les États-Unis ont sanctionné l’ancien ministre du gouvernement libanais Gebran Bassil en vertu des dispositions de la loi Magnitski en raison de son rôle dans des affaires de corruption.

Le peuple libanais veut clairement que sa classe politique corrompue – dont une grande partie est inféodée au Hezbollah – cesse de ruiner son pays.

Notre action montre que le peuple américain est solidaire du peuple libanais qui appelle ses dirigeants politiques à prendre une nouvelle direction marquée par des réformes, la transparence et une gouvernance honnête.

Et en ce qui concerne l’Iran, nos efforts pour protéger le peuple américain du régime de Téhéran ne cesseront pas. Aujourd’hui, le département du Trésor a sanctionné un réseau international de personnes physiques et morales qui a fourni des composants électroniques à une entreprise militaire iranienne sous le coup de sanctions. Je pense qu’il est désormais clair que ceux qui font des affaires avec les industries militaires et présentant des risques de prolifération de l’Iran risquent exactement le même châtiment.

En Europe, les États-Unis se félicitent de l’adoption par l’UE de lignes directrices pour la participation des États tiers aux projets de coopération structurée permanente. L’ouverture à la participation des États-Unis aux initiatives de défense de l’UE renforcera également la coopération OTAN-UE et, surtout, l’interopérabilité.

Nous sommes impatients de conclure un accord administratif avec l’Agence européenne de défense pour garantir une large participation américaine au sein de la CSP.

Plus près de chez nous, nous prions pour les habitants de la région et pour qu’ils puissent se remettre et reconstruire après l’horrible dévastation de l’ouragan Eta. Le gouvernement des États-Unis est fier d’avoir déjà fourni une assistance à nos amis d’Amérique centrale.

Et fier de soutenir le Chili, la Colombie, l’Équateur et le Pérou dans leurs actions conjointes pour lutter contre la pêche illégale, non réglementée et non déclarée (INN).

Nous sommes très préoccupés par l’observation d’activités INN chinoises, cette pêche non réglementée, au large des côtes de l’Équateur comme partout ailleurs dans le monde. J’étais avec le ministre équatorien des Affaires étrangères. Nous convenons tous deux que cela doit cesser.

En ce qui concerne la Bolivie, le président Trump a eu le plaisir d’envoyer une délégation dirigée par le sous-secrétaire au Trésor Brett McIntosh à l’investiture du président Luis Arce, le 8 novembre. J’ai également parlé au président élu la semaine dernière pour le féliciter de sa victoire historique.

Nous félicitons également le peuple de Saint-Vincent-et-les Grenadines pour les élections qu’il a organisées avec succès la semaine dernière.

Et nous continuons à encourager la tenue d’élections libres et équitables similaires au Venezuela et au Nicaragua.

Il y a aussi beaucoup de nouvelles, avant de terminer, sur le front des droits de l’homme.

Hier, le département d’État a sanctionné quatre hauts responsables du Parti communiste chinois et membres de la police de Hong Kong qui ont fait obstacle à l’autonomie promise de Hong Kong et anéanti les libertés de son peuple.

Nous continuerons à nous opposer aux actions du PCC et de ses mandataires de Hong Kong qui font entrave à la démocratie et aux libertés fondamentales.   

Lundi, en Syrie, nous avons mis en œuvre la cinquième tranche de désignations dans le cadre de la loi César à l’encontre de Bachar al-Assad et de son régime. Et les États-Unis félicitent l’UE pour avoir pris des mesures similaires pour sanctionner les personnes responsables de la prolongation de l’horrible conflit à l’intérieur de la Syrie.

Nous continuerons de coordonner nos actions avec nos partenaires de l’Union européenne et des pays animés par les mêmes principes pour responsabiliser le régime syrien et exiger qu’il rende compte des atrocités qu’il a commises contre son peuple.

À Genève, hier, les États-Unis ont présenté leur rapport national sur leur engagement en faveur des droits de l’homme à l’échelle nationale lors de l’Examen périodique universel des Nations unies. Je suis très fier du travail que nous avons accompli. Notre démocratie remarquable et dynamique garantit les plus grandes libertés et la protection des droits de l’homme partout dans le monde.

Les régimes brutaux qui crient le plus fort à propos de notre bilan sont ceux qui ont le plus de choses à cacher sur le traitement épouvantable de leur propre population.


Nous vous proposons cette traduction à titre gracieux. Seul le texte original en anglais fait foi.
Mises à jour par courrier électronique
Pour vous abonner aux mises à jour ou pour accéder à vos préférences d'abonné, veuillez saisir vos coordonnées ci-dessous